Communiqué de la Ligue Panafricaine – UMOJA suite aux violences au Soudan du Sud

Communiqué de la Ligue Panafricaine – UMOJA suite aux violences au Soudan du Sud  Depuis le 9 juillet 2011, la République du Soudan du Sud (619.745 kilomètres carrés, 11.090.104 habitants), fait partie des pays membres de l’Union Africaine (UA). Ce très jeune État, issu de la longue guerre qui a eu lieu et qui continue, notamment

Communiqué de la Ligue Panafricaine – UMOJA

suite aux violences au Soudan du Sud

 Depuis le 9 juillet 2011, la République du Soudan du Sud (619.745 kilomètres carrés, 11.090.104 habitants), fait partie des pays membres de l’Union Africaine (UA). Ce très jeune État, issu de la longue guerre qui a eu lieu et qui continue, notamment au Darfour, en République du Soudan connait des débuts assez chaotiques.

L’actualité toute récente nous informe que la guerre a repris de plus belle dans cette partie de notre continent où l’on avait rêvé de paix, d’accalmie et de progrès, après la séparation d’avec le Nord et le Centre du Soudan, pour les raisons historiques que nous connaissons.

Les chiffres indiquent que :

–       90.000 personnes ont été obligées de se déplacer ces dix derniers jours, ce qui nous donne une moyenne de 9.000 personnes par jour ;

–       58.000 de ces 90.000 personnes se sont réfugiées dans des bases gérées par l’ONU (Organisation des Nations unies). Signalons au passage que l’ONU est encore et toujours là, mais que les choses vont souvent de mal en pis ;

–       Ce mercredi 25 décembre 2013, un charnier de 1.000 cadavres a été découvert hier.

Comme un peu trop souvent, nos autorités ne sont pas sources d’information. En effet, l’Union africaine (UA) ne communique pas à ce sujet et le gouvernement du Président Salva Kiir est plutôt occupé à guerroyer. Les seuls chiffres, les seules informations diffusées à travers le monde émanent de l’ONU et, nous Africains, savons très bien à quel point dès que cette structure se retrouve dans une seule région de notre continent, on peut craindre le pire d’une part, et que les informations qu’elle fournit sont souvent partielles et partiales d’autre part.

Que fait l’U.A pendant ce temps ? Rien hélas ! L’Union Africaine confirme son rang de coquille vide car, on ne saurait comprendre qu’un conflit – un de plus – qui émaille notre continent à ce point, puisse passer sous silence ?

Le site Internet de l’U.A en dit long, au-delà de tout ce que l’on peut imaginer. Il est mentionné que le président de la Commission de l’UA est Jean Ping. Oui. C’est ce que dit ce site officiel. Or, nous savons que depuis le 16 juillet 2012, ce dernier n’en est plus le président, remplacé à ce moment-là par Mme Nkosazana Dlamini Zuma.

Chacun sait que le président en exercice actuel de l’U.A, c’est M. Haïlé Mariam Dessalegn alors que le site officiel de l’UA nous dit que c’est M. Bingu Wa Muthariku. Comment expliquer et comprenddre cela alors que ce dernier est décédé depuis le 06 avril 2012 dernier ?

Dans tous les cas, que deux hommes (l’ancien vice-président Riek Machar et le président Salva Kiir) qui furent compagnons de route, sur le plan politique, se retrouvent en conflit, c’est une loi même de la nature qui s’exprime ainsi.

Que ces deux hommes aient à un moment donné chacun sa vision des choses quant à la gestion de la cité, rien de plus normal que ça.

Qu’un président de la République, dans le respect de la Constitution en vigueur, limoge son vice-Président, il n’y a là rien de nouveau sous le soleil.

Cependant, que tous ces faits, tous ces événements se trouvent être des prétextes pour mettre un pays à feu et à sang est totalement inadmissible et nous, Ligue Panafricaine – UMOJA, appelons les deux protagonistes de cette macabre querelle à appeler leurs troupes à mettre fin à cette guerre inutile et à revenir à la raison, et au Respect des textes de lois qu’ils ont eux-mêmes produits !

Le drame du Soudan du Sud est encore une fois une occasion pour rappeler à tous les Africains que nous avons intérêt à réfléchir afin que soit mise sur pieds une armée continentale, seule garante de défendre notre continent. Nous ne pouvons plus nous payer le luxe, dans ce monde de plus en plus dur et de plus en plus en violent, de garder ces micro-armées qui ont prouvé depuis belle lurette qu’elles sont dans l’incapacité totale d’assurer la sécurité des Africains.

 

Fait à Paris, le 31 décembre 2013-12-31

La Ligue Panafricaine – UMOJA

lp-u
lp-u
AUTHOR
PROFILE

Posts Carousel