Communiqué: Appel à la solidarité internationale avec la Bolivie contre le coup d’état!

Communiqué: Appel à la solidarité internationale avec la Bolivie contre le coup d’état!

🔴 COMMUNIQUÉ – UMOJA HABARI 🔴 APPEL A LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE AVEC LA BOLIVIE CONTRE LE COUP D’ÉTAT ! La Ligue Panafricaine – UMOJA dénonce le coup d’état qui a contraint le président bolivien Evo Morales à démissionner le 10 novembre 2019 après plusieurs semaines de violences et de tensions au sein du pays. Ancien dirigeant syndical

🔴 COMMUNIQUÉ – UMOJA HABARI 🔴
APPEL A LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE AVEC LA BOLIVIE CONTRE LE COUP D’ÉTAT !

La Ligue Panafricaine – UMOJA dénonce le coup d’état qui a contraint le président bolivien Evo Morales à démissionner le 10 novembre 2019 après plusieurs semaines de violences et de tensions au sein du pays.

Ancien dirigeant syndical de la fédération des paysans producteurs de coca, Evo Morales avait été élu député en 1997 puis exclu en 2002 par l’oligarchie au pouvoir qui n’a jamais apprécié son engagement pour la défense des peuples indigènes qui représentent plus de 60% de la population. A la tête du MAS-ISP (Mouvement vers le socialisme – Instrument pour la souveraineté des peuples), Evo Morales a perdu de peu les élections présidentielles de 2002 face au candidat néolibéral. La Bolivie a ensuite connu la guerre du gaz et la renaissance des mouvements sociaux, indigènes et paysans qui ont balayé la vieille oligarchie.

Vacciné contre le néolibéralisme, le peuple bolivien a historiquement porté à sa tête en 2006 le premier président d’origine indigène de l’histoire. C’est tout naturellement qu’Evo Morales a instauré une politique conforme aux idéaux de justice économique et sociale et de lutte pour la dignité. Sous sa présidence, la Bolivie a posé les bases d’une souveraineté culturelle, économique et politique, avec une nette amélioration des conditions de vie de la population. En engageant son pays dans la construction d’un ordre latino-américain et international alternatif, Evo Morales a mené un véritable travail de décolonisation politique.
Plus ancien président en exercice en Amérique latine, Evo Morales a subi une guerre de désinformation lors du rejet du référendum de 2016 concernant la modification de la constitution qui ne permettait qu’une seule réélection, limite qui a ensuite été abolie par la justice bolivienne l’autorisant à se présenter légalement. Cette problématique bien connue en Afrique s’explique ici par l’obligation de maintenir la stabilité du modèle bolivien au moment où l’impérialisme cherche à déstabiliser la région. Ses adversaires qui n’ont aucun souci pour la « démocratie » ont utilisé ce point pour l’accuser de dérive au pouvoir.

En dépit de la diabolisation médiatique, Evo Morales a réuni la majorité de la population bolivienne derrière lui lors des dernières élections qui ont été annulées par les putschistes. L’armée a fait basculer le rapport de force en contraignant par la menace le président à renoncer et en exerçant la répression contre le peuple et les partisans de la légalité constitutionnelle. Le gouvernement du Mexique lui a permis l’asile nécessaire à la garantie de son intégrité physique.
La Ligue Panafricaine – UMOJA suit l’évolution de la situation avec attention et s’associe aux mouvements et manifestations de solidarité internationale avec le peuple bolivien.

L’impérialisme ne passera pas ! L’Union fait la Force !

Le Bureau politique provisoire,
Brazzaville, le 29 novembre 2019

Webmaster LP-Umoja
Webmaster LP-Umoja
ADMINISTRATOR
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply