Communiqué: Soutien au peuple de Ayiti en lutte pour son auto-détermination!

Communiqué: Soutien au peuple de Ayiti en lutte pour son auto-détermination!

🔴 UMOJA HABARI – COMMUNIQUÉ 🔴 SOUTIEN AU PEUPLE DE AYITI EN LUTTE POUR SON AUTO-DETERMINATION ! Terre de naissance du Panafricanisme et de la Négritude, première et unique révolution victorieuse menée par des Africains esclavagisés qui ont créé en 1804 le premier Etat de la Diaspora Africaine, la République d’Ayiti n’a jamais eu un seul instant

🔴 UMOJA HABARI – COMMUNIQUÉ 🔴

SOUTIEN AU PEUPLE DE AYITI EN LUTTE POUR SON AUTO-DETERMINATION !

Terre de naissance du Panafricanisme et de la Négritude, première et unique révolution victorieuse menée par des Africains esclavagisés qui ont créé en 1804 le premier Etat de la Diaspora Africaine, la République d’Ayiti n’a jamais eu un seul instant de répit pour assumer pleinement sa souveraineté chèrement acquise. La situation présente d’Ayiti est essentiellement la même qu’elle a été depuis le lendemain de son indépendance, avec tous ses défis sociaux et ses enjeux politiques, géopolitiques et économiques. Depuis la dette imposée par la France en 1825 pour la reconnaissance de son indépendance, Ayiti n’a jamais cessé d’être une cible prioritaire et stratégique des forces impérialistes occidentales. Déchirée par une guerre de classe fratricidaire pour le pouvoir politique, victime d’une guerre économique et commerciale des puissances occidentales, Ayiti a défendu tout au long du 19ème siècle sa souveraineté avant de succomber à l’occupation américaine de 1915 à 1934. L’effet combiné des difficultés endogènes sous la période duvaliériste et de l’application des politiques économiques néocoloniales ont certainement contribué à l’instabilité globale du pays.

Depuis le coup d’état du 29 Février 2004 menée par une coalition franco-américano-canadienne contre le président démocratiquement élu Jean-Bertrand Aristide, la République d’Ayiti s’est un peu plus assujettie à la dictature de la politique néolibérale des institutions financières et des oligarchies locales et internationales. De nombreux scandales impliquant les organismes internationaux ont mis à nu le vaste complexe industriel militaro-humanitaire qui contrôle notamment les secteurs stratégiques et vitaux du pays. Après le séisme de 2010, des milliards de dollars ont été levés par des organisations humanitaires au nom de la reconstruction d’Ayiti sans que ces sommes ne parviennent au peuple. Ayiti est ainsi devenu le paradis fiscal de la mort, une néocolonie où les puissances financières s’enrichissent sur la mort du peuple noir. Le néocolonialisme a fait de la misère une activité lucrative.

L’actualité d’Ayiti, adorée par les médias en quête de misérabilisme, est aujourd’hui totalement ignorée. Et pour cause, le peuple s’est réuni et descend depuis plusieurs mois dans la rue pour exiger le départ d’une classe politique qui n’a fait que représenter ses propres intérêts et ceux de leurs maîtres au point de trahir les idéaux révolutionnaires à l’origine de cette nation. Ayiti est ainsi plongée depuis plus d’un an dans une crise politique qui avait été amorcée avec la hausse du prix de carburants en juillet 2018 et la révélation du scandale de PetroCaribe. L’affaire PetroCaribe n’est que l’arbre qui cache la forêt. Les institutions publiques ne fonctionnent plus, à l’instar du parlement dysfonctionnel et de la valse au poste de Premier ministre. La rentrée des classes a été renvoyée indéfiniment et les enseignants sont en grève. Les hôpitaux publics n’ont pas les moyens de répondre aux besoins de la population. Même la police a rejoint les rangs des protestataires pour demander des meilleures conditions de travail, une augmentation de salaires, une assurance de santé et le droit de s’organiser en syndicat. Le gouvernement réprime les manifestants en utilisant des groupes armés ainsi que des mercenaires américains qui assurent également la sécurité personnelle du président. Face aux vagues de manifestations populaires qui grandissent exponentiellement de jour en jour, le sort de l’administration du président Jovenel Moïse ne tient qu’au soutien d’une ploutocratie qui n’a fait que placer des marionnettes au pouvoir.

Aujourd’hui, non seulement que le peuple Ayitien désigne et réclame la démission de la marionnette déguisée en président, mais bien plus important, il revendique la fin de l’oligarchie, et le démantèlement complet du système en place. Les mouvements de protestations ont atteint toutes les grandes villes du pays; les jeunes des quartiers populaires n’ont jamais été aussi actifs politiquement; et tous les secteurs de la société civile se sont engagés dans cette lutte pour la restitution de la souveraineté de l’Etat. C’est la mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation qui s’en prend à un système qui n’est plus à même de se réinventer. La conscience historique demeure encore très forte dans la population, malgré les influences aliénantes des médias hégémoniques, des institutions académiques et religieuses. C’est l’expérience d’un temps révolutionaire en Ayiti, et nombreuses sont les raisons d’être optimiste pour voir venir de nouvelles bases de développement de la nation, d’amélioration des conditions de vie, et d’organisation de l’Etat au service du peuple Ayitien.

Le peuple d’Ayiti ne dispose d’aucune armée, d’aucune banque ni d’aucun média pour mener ce combat d’égal à égal avec ses agresseurs impérialistes, mais tous les peuples qui font face aux mêmes agressions criminelles doivent apporter leurs armes, leurs ressources et de la visibilité au peuple d’Ayiti dont le combat révolutionnaire est pionnier. La Ligue Panafricaine – UMOJA appelle les forces panafricanistes et progressistes à travers le monde à rejoindre les forces ayitiennes engagées dans la diaspora et à agir en solidarité avec le peuple d’Ayiti.

L’Union fait la Force ! Umoja ni Nguvu !

Fait le 03 novembre 2019 à Cotonou, Paris et Silver Spring (Maryland, USA)
Pour le Bureau Politique de la Ligue Panafricaine – UMOJA
Le président Diogène Henda Senny



Webmaster LP-Umoja
Webmaster LP-Umoja
ADMINISTRATOR
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply